Vous êtes ...

Modifiez votre profil pour profiter d’un contenu adapté à votre besoin

La chirurgie réfractive

chirurgie réfractive optique mgefi

Qu’est-ce que c’est ?

La chirurgie réfractive comprend l’ensemble des opérations chirurgicales des yeux, notamment au laser, visant à corriger des anomalies de la réfraction. L’objectif est de permettre aux patients de ne plus avoir à porter de corrections optiques (lunettes et lentilles de contact), que ce soit pour des raisons esthétiques, d’intolérance aux lentilles de contact, un besoin professionnel (acuité visuelle insuffisante) ou la pratique d’un sport (exemple : natation, ski).

Opérations des yeux au laser

L’essentiel des interventions de correction s’effectue au laser. Il existe différents types d’interventions :

  • Le Lasik (Laser Assisted Intrastromal Keraromileusis) ou tout laser, la technique la plus pratiquée qui permet de corriger la myopie, l’astigmatisme, l’hypermétropie et la presbytie ;
  • Le PKR (Photo Kératectomie Réfractive) ou laser de surface, utilisé pour corriger les petites myopies et astigmatismes ou lorsque la cornée du patient est fine, irrégulière ou asymétrique et ne permet pas de passer par une opération par Lasik ;
  • Le SMILE (Small Incision Lenticule Extraction), la technique laser la plus récente. Pour le moment, elle ne s’adresse qu’aux myopes et aux astigmates.


Déroulé de l’intervention

Après la réalisation d’un bilan pré-opératoire, l’intervention se pratique sous anesthésie locale, en ambulatoire. L’opération est indolore et rapide (environ trente minutes pour les deux yeux). Après l’opération le patient peut rentrer chez lui mais il est déconseillé de conduire.

Par ailleurs, les résultats de cette chirurgie ne sont pas toujours définitifs, puisque la vision du patient peut évoluer naturellement avec l’âge, pouvant rendre le port de lunettes à nouveau nécessaire (en cas d’apparition d’une presbytie par exemple).

Comme pour toute intervention chirurgicale, des effets indésirables et des complications peuvent survenir, même si ces dernières sont rares. Cela dit quelques heures après l’intervention, les patients peuvent ressentir inconfort visuel, gêne oculaire voire une douleur larmoiements ou sécheresse oculaire. Après une PKR, il est préférable de prévoir quelques jours d’arrêt de travail.

A qui s’adresse la chirurgie réfractive au laser ?

Seuls certains troubles de la vue peuvent être corrigés par cette technique, quand ceux-ci sont stables depuis deux ans : la myopie (jusqu’à -8 dioptries); l’hypermétropie (jusqu’à +6) l’astigmatisme (jusqu’à + et - 4) et la presbytie.

Pour être éligible à cette intervention, le patient doit être âgé d’au moins 18 ans. Cette technique est cependant déconseillée après 60 ans.

Les pathologies suivantes sont contre-indiquées : cataracte, glaucome, déformations cornéennes, syndrome sec oculaire, grossesse, traitement par corticoïdes et immunosuppresseurs, maladies auto-immunes.

Opérations des yeux par pose d’implant

Dans le cas de défauts visuels très importants ou de contre-indications au laser, une opération au moyen de la pose d’implants intra-oculaires peut être envisagée. Il s’agit de localiser une lentille à l’intérieur de l’œil.

Il existe 2 différentes techniques :

  • Implants phakes, une chirurgie réservée aux patients qui présentent une contre-indication au laser, une cornée trop fine ou une correction trop importante ;
  • Chirurgie du cristallin clair ou Prelex, une opération vise à remplacer le cristallin transparent, non cataracté, par un implant corrigeant la presbytie.


Coût et prise en charge

Le coût d’une chirurgie réfractive dépend de la technique retenue et le matériel choisi, il faut compter entre 800 et 1500 euros par œil pour une chirurgie réfractive au laser. Le coût des implants oculaires varie entre 1000 et 2500 euros par œil.

Cette intervention n’est pas prise en charge par la Sécurité sociale. Néanmoins certaines mutuelles comme la Mgéfi proposent des forfaits prenant en charge cette dépense.

Pour en savoir plus consultez nos règlements mutualistes :

Vous êtes fonctionnaire d'Etat

Vous êtes fonctionnaire Territorial