Vous êtes ...

Modifiez votre profil pour profiter d’un contenu adapté à votre besoin

La dégénérescence maculaire liée à l’âge

dmla

Qu’est-ce que la DMLA ?

La dégénérescence maculaire liée à l’âge, ou DMLA, est une atteinte de la macula, la zone centrale de la rétine permettant la vision fine (ou centrale), telles que la lecture, la reconnaissance des détails, des visages, la conduite… Cette maladie chronique évolutive conduit à une perte progressive de la vision centrale. Elle peut entraîner une tâche floue au centre du champ visuel, mais laisse habituellement intacte la vision périphérique ou latérale.

DMLA « sèche » ou « humide »

Il existe deux formes de la maladie : « Atrophique » ou « Sèche » et la forme « Exsudative » ou « Néovasculaire » dite « Humide ». Dans le premier cas, l’évolution de la maladie est généralement lente et permet aux patients atteints de conserver longtemps une vision relativement satisfaisante, malgré une gêne visuelle dans les activités nécessitant la reconnaissance des détails.

La forme exsudative se caractérise par le développement de vaisseaux dits « néovaisseaux » autour et en arrière de la macula. La perte de la vue de cette forme est beaucoup plus rapide. Il est donc important de détecter au plus tôt les premiers signes d’alerte. Plus tôt le diagnostic est posé rapidement, plus les traitements seront efficaces.

Personnes concernées

On estime que la DMLA concerne 1 à 2 % des personnes âgées de 50 à 60 ans, 25 % de celles âgées entre 70 et 80 ans et plus de la moitié des personnes de plus de 80 ans.

La DMLA est multifactorielle, avec une composante génétique. Le risque de DMLA est ainsi environ 4 fois plus important s’il existe déjà des individus atteints dans la famille. Par ailleurs, le tabagisme et la surcharge pondérale sont deux facteurs aggravant le risque de survenue de la maladie.

Les symptômes

Au stade initial de la maladie, la DMLA n’est perceptible qu’à l’aide d’un fond de l’oeil pratiqué par l’ophtalmologiste.

Puis, plusieurs symptômes peuvent apparaître : une diminution de la sensibilité aux contrastes nécessitant par exemple un éclairage plus puissant pour la lecture et les activités minutieuses, la diminution de l'acuité visuelle, la déformation des lignes ou l'apparition d'une tache sombre centrale (le scotome) au centre du champ visuel.

En cas de baisse rapide de la vision d’un des deux yeux et/ou de sensation de voir les lignes droites déformées, gondolées, il faut consulter rapidement un ophtalmologiste.


Prévention et traitement

A partir de 55 ans, une visite annuelle chez l’ophtalmologiste est conseillée, 50 ans pour les personnes pour qui il existe un risque génétique.

Au stade initial de la maladie, une bonne hygiène alimentaire riche en oméga 3, lutéine (épinards, brocolis, choux frisés, …) et antioxydants peut réduire les formes d’évolution. Par ailleurs, une activité physique régulière est également recommandée.

Dans le cas d’une dégénérescence maculaire exsudative, il existe plusieurs traitements (photocoagulation au laser thermique, photothérapie dynamique, les anti-VEGF) qui ont pour objectif de réduire ou éliminer les néovaisseaux et donc de stabiliser l’acuité visuelle ou faire régresser la maladie un minimum.

Enfin, notons qu’il existe des associations dont le but est d’informer sur cette maladie, de soutenir les patients et leurs aidants, et d’aider dans la recherche médicale. C’est le cas de l’association DMLA, association Retina France.

Quelle prise en charge ?

Côté Mgéfi, la prise en charge s'opère au titre de différentes prestations (honoraires médicaux et actes médicaux) prévues par les garanties Santé (Maitri Santé, Vita Santé 2, Multi Santé 2 ou Zéni Santé).

Pour en savoir plus, consultez nos règlements mutualistes ici ou contactez un conseiller.