Vous êtes ...

Modifiez votre profil pour profiter d’un contenu adapté à votre besoin

Les cancers

Levons les tabous sur le dépistage du cancer du sein

Dépistage cancer du sein

Le dépistage n’est pas un « gros mot » et il peut tout changer. Pandémie oblige, l’année 2020 enregistre un recul historique de la participation au dépistage organisé du cancer du sein : moins de 43 % des femmes concernées y ont participé.

Pourtant il faut le rappeler : un dépistage réalisé à temps peut sauver la vie et guérit dans 90 % des cas ! Simple et 100 % remboursé, le dépistage doit être fait tous les 2 ans, dès 50 ans. Mais c’est dès 25 ans qu’il est important de réaliser un suivi gynécologique annuel pour s’assurer de la bonne santé de ses seins. Car, aujourd’hui encore, 1 femme sur 8 risque d’être touchée par cette maladie. Parlez-en à votre médecin, faites-vous dépister ! Faisons le point sur tout ce que vous devez savoir, peu importe votre âge et votre niveau de risque.

Les facteurs de risque de développer un cancer du sein

L’âge est le premier facteur : à partir de 50 ans, le niveau de risque est moyen. C'est à cet âge que survient majoritairement la maladie chez les femmes ne présentant pas de facteur de risque particulier.

Les antécédents personnels pour lesquels le niveau de risque est élevé : précédent de cancer, hyperplasie atypique ou lobulaire (maladie du sein), irradiation thoracique à haute dose (maladie de Hodgkin).

Les antécédents familiaux représentent un niveau de risque potentiellement très élevé : cancer du sein chez un parent (risque multiplié par 2 s’il s’agit d’un parent du premier degré tels que père, mère, frère, sœur, nièce, enfant, et cancer de l'ovaire.

« Je n’ai pas de risque personnel ou familial. Dois-je effectuer une mammographie de dépistage ? »

De 25 à 49 ans et au-dessus de 74 ans : aucun dépistage mammographique n’est recommandé mais un examen clinique des seins (palpation) doit être réalisé par un médecin généraliste, un gynécologue ou une sage-femme.

Attention, si certains signes surviennent tels que : une grosseur, une rétractation cutanée du mamelon, une inflammation, un écoulement, un eczéma ou un ganglion sous le bras… Consultez au plus vite un médecin.

De 50 à 74 ans : une mammographie de dépistage est recommandée tous les 2 ans. Pris en charge à 100 % par l’Assurance Maladie, cet examen bénéficie d’une double lecture des clichés radiologiques.

À partir de 50 ans, une invitation à réaliser cet examen vous est envoyée. N’hésitez pas à demander à votre médecin traitant si vous ne l’avez pas reçue ou bien si vous ne la retrouvez plus, en lui précisant qu’il s’agit de la mammographie de dépistage organisé.

Prenez rendez-vous avec un radiologue agréé de votre choix, dont vous recevrez la liste avec l’invitation.

Les résultats de la mammographie

Si aucune anomalie n’est suspectée suite à la lecture du radiologue, les clichés de la mammographie sont normaux et adressés à la structure de gestion en charge du dépistage des cancers du département pour une seconde lecture.

Si aucune anomalie n’est détectée à la seconde lecture, votre mammographie est normale et vous serez réinvitée à réaliser une nouvelle mammographie de dépistage 2 ans plus tard.

Si une anomalie est suspectée, à l’issue de la première ou de la seconde lecture, le radiologue fera des examens complémentaires (clichés, échographie, biopsie, etc.), pris en charge aux conditions habituelles de remboursement par l’Assurance Maladie. Dans tous les cas, vous et votre médecin traitant recevrez un compte-rendu vous informant des résultats.

« J’ai un facteur de risque familial ou personnel, que dois-je faire ? »

Image
Tableau antécédents cancer sein
Image
Tableau antécédents cancer sein


Il est recommandé de proposer aux femmes atteintes de cancer du sein ou de l’ovaire, à leurs apparentées de premier degré et à leurs nièces, une surveillance mammaire identique à celle réalisée chez les femmes ayant une mutation des gènes BRCA1 ou BRCA2.