Vous êtes ...

Modifiez votre profil pour profiter d’un contenu adapté à votre besoin

Maladies chroniques

Mars Bleu : mobilisons-nous contre le cancer colorectal

mars bleu

Avec plus de 43 000 nouveaux cas par an, le cancer colorectal est l'un des plus fréquents, chez les hommes comme chez les femmes, et l'un des plus meurtriers en France. Pourtant, détecté avant qu’il n'atteigne un stade avancé ou métastatique, il guérit dans 9 cas sur 10. Chaque année, le mois de mars constitue un temps fort de mobilisation afin d’informer et de sensibiliser au dépistage de ce cancer.

Qu’est-ce que le cancer colorectal ?

Le cancer colorectal regroupe le cancer du côlon et le cancer du rectum. Ils se développent à partir de cellules qui recouvrent la paroi interne du côlon ou du rectum par évolution progressive d’un polype bénin ou à partir de lésions bénignes.

Le cancer du côlon touche généralement les personnes de plus de 50 ans (95 % des nouveaux cas, dont 46 % après 74 ans) et peut se développer lentement. En effet, l’évolution d’un polype en cancer peut s’étendre sur une dizaine d’années.

Les 43 000 nouveaux cas par an, le placent en troisième position derrière ceux de la prostate et du sein. Faisant plus de 17 000 morts par an, il s’agit du 2e cancer le plus meurtrier, derrière celui du poumon. Or, détecté tôt grâce à un dépistage, il guérit dans 90 % des cas. Il est donc primordial d’être suivi, et ce à tout âge en particulier en cas d’antécédents personnels et/ou familiaux.

Image
mars bleu


Mars Bleu et le dépistage organisé du cancer colorectal

Le dépistage du cancer colorectal fait l’objet d’un programme national organisé par l’Assurance Maladie. Tous les 2 ans, les femmes et les hommes âgés de 50 à 74 ans, qui ne présentent ni symptôme, ni facteur de risque particulier, reçoivent une prise en charge pour réaliser, chez eux, un test de dépistage remis gratuitement par leur médecin traitant.

Le test immunologique et son interprétation sont pris en charge à 100 % par l’Assurance Maladie, sans aucune avance de frais. Il permet de détecter des traces de sang dans les selles. En cas de résultat positif, une coloscopie est alors proposée. Si une lésion précancéreuse ou un polype est détecté lors de l’examen, ils peuvent alors être directement éradiqués en fonction de leur stade d’évolution.

Malgré cela, la participation à ce dépistage reste insuffisante : elle n’était que de 30,5 % en France en 2018-2019. Pourtant, en atteignant une participation de 65 %, 5 700 cancers colorectaux et 6 600 décès pourraient être évités chaque année.

Pour augmenter les chances de guérison, il ne faut pas manquer ces rendez-vous réguliers de dépistages.

Pour en savoir plus, vous pouvez interroger votre médecin traitant ou vous rendre sur e-cancer.fr

Cancer colorectal : pourquoi se faire dépister ?

Découvrez la vidéo de l’institut national du cancer.

URL de Vidéo distante

Les articles sur le
même thème

Maladies chroniques
Bien dans sa tête
Maladies chroniques
Sida : En quête d